En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou traceurs pour améliorer et personnaliser votre expérience, réaliser des statistiques d’audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d’intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. En savoir plus

Accueil > Marseille > Jobs / Stages > Travailler pour une start-up, est-ce vraiment...

Jobs/Stages

Travailler pour une start-up, est-ce vraiment différent ?

Caricaturé pour sa liberté d’organisation, le travail dans le digital n’en est pas moins exigeant. Et suppose un engagement total, hiérarchie ou pas.

Tables de ping-pong, jeux vidéos à gogo, vêtements relax et sodas dans le frigo : voilà le tableau souvent esquissé du travail en start-up. Le ton a été donné avec de réelles innovations managériales des Google et consorts. Mais Google vient de fêter ses 20 ans. En est-il toujours ainsi ?

Oui, à en croire Maxime, en master 2 à l’école de commerce Neoma Business School et en stage à 2BTube, une start-up madrilène : « L’esprit y est radicalement différent de ce que j’ai pu connaître, affirme-t-il. La communication est simple, directe. » À 2BTube, les différents départements se partagent un vaste hall. Lui fait partie de la division Gaming, mais n’est pas cantonné à un sujet : « Dès que vous avez un moment de libre, vous aidez d’autres projets », explique-t-il.

Même son de cloche de la part de Côme, en 4e année à l’école d’informatique Epitech, qui sort d’un stage passionnant chez Bluecoders : « Ce qui était génial, c’est que j’étais au cœur des décisions, en dialogue direct avec le CTO*. » Ici aussi, on déjeune ensemble et pratique le baby-foot pour se détendre, mais tout le monde se donne à fond. « Dans une start-up, on sait que ce qu’on fait compte vraiment. Du coup, on s’implique beaucoup plus. » Quitte à ne plus compter ses heures…


Esprit, es-tu là ?


Que devient cette ambiance décontracte quand la start-up grandit ? Vincent Deboeuf, cofondateur et CEO** de Reezocar, plate-forme de vente de voitures d’occasion, se rappelle : « Nous étions trois en 2013, nous sommes une cinquantaine aujourd’hui. Il n’y a pas, chez nous, de middle-management, insiste-t-il. Nous limitons les échelons hiérarchiques le plus possible. »

Une formule qui permet de conserver cette communication détendue, à trois comme à cinquante. La responsabilisation est aussi au cœur du sujet : « Vous pouvez piloter un projet un jour et vous mettre au service d’un autre, le lendemain », explique Vincent Deboeuf. Fonctionnement horizontal, managers qui s’inversent selon les besoins… Cette organisation a au moins un impact : personne ne peut plus se cacher derrière sa hiérarchie !

*CTO : Chief Technology Office, directeur des nouvelles technologies, directeur technique.
**CEO : Chief Executive Officer, équivalent à directeur général.

LE CHIFFRE


12 % des créations nettes d’emplois en France sont réalisées dans les start-up, soit 11 149 postes en 2017. (Source : Trendeo, 2017)

« Faire quelque chose qui ait du sens »


Éric Léandri - Fondateur et PDG du moteur de recherche Qwant

Qwant est en ligne depuis 2013. Combien de personnes employez-vous aujourd’hui ?
Nous sommes actuellement 160. Notre démarche est particulière car les gens qui nous rejoignent sont surtout attirés par nos valeurs.
À commencer par le respect de la vie privée sur Internet, qui est notre vocation originelle. Nous plaçons l’éthique au premier rang de nos priorités, ce qui est en phase avec un besoin de la nouvelle génération : trouver du sens aux projets qu’elle mène.

Le climat en France est-il favorable aux projets digitaux ?
L’écosystème du digital est clairement un atout. La French Tech peut paraître un mot creux mais ne l’est pas : tout le monde se connaît, échange de bonnes pratiques. Entre chambres de commerce, entrepreneurs et industriels, les projets peuvent s’appuyer sur un réseau dense et efficace.

Les formations répondent-elles bien aux besoins des entreprises digitales ?
Nous disposons en France d’un excellent niveau de formation et de chercheurs de classe mondiale. L’enjeu est plutôt de parvenir à capter ces talents que tout le monde désire. Nos concurrents s’appellent Google, Facebook… Pour pouvoir attirer les mêmes ingénieurs, il nous faut des financements, bien sûr, mais aussi s’appuyer sur ce que les autres n’ont pas : des valeurs fortes, le respect des citoyens, la défense de notre vie privée et la volonté de faire quelque chose qui ait du sens !


Nicolas CHALON



Ecoles et métiers du numérique : le digital a besoin de vous !


Un marché qui explose, un secteur qui recrute
Travailler pour une start-up, est-ce vraiment différent ?
Paroles d'étudiants : 3 jeunes racontent leurs parcours dans le numérique
Une unique qualification : la motivation ! Le numérique recrute des profils de divers horizons.
Paris Games Week : le salon où l’on joue et où les écoles vous attendent !
« Ce sont la motivation et l’état d’esprit qui priment ! » - Interview d'Alexia Moity Directrice de l’ECV Digital
« ces métiers ont un avantage, celui de pouvoir s'exporter partout » - Stéphane Bitton Directeur de #SUPDEWEB
Rentrée : conseils pour une vie étudiante réussie (budget, logement, cours...), écueils à éviter.
4L Trophy 2019 : pré-inscriptions ouvertes !


Réagir sur le Forum Job étudiant / stage / emploi
Le Parisien

Le Parisien
16.10.2018

Retour au dossier Stages/jobs
Stages/jobs : Travailler pour une start-up, est-ce vraiment différent ?
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Stages/jobs : consultez aussi...

Le journaliste pigiste : quel statut, quels droits ?

Le journaliste pigiste : quel statut, quels droits ?

Le pigiste est un journaliste salarié payé à la tâche. Un mode de paiement particulier qui se distingue du salaire mensualisé, qu’il faut bien connaître pour faire respecter ses droits.

Travailler dans le numérique : la motivation comme unique qualification

Travailler dans le numérique : la motivation comme unique qualification

Changement de filière, reconversion professionnelle : le numérique recrute des profils de divers horizons. Et vous l’intéressez sûrement.

Le marché du Digital explose : le besoin en recrutement aussi

Le marché du Digital explose : le besoin en recrutement aussi

Le déploiement du Web met les entreprises au pied du mur. Pour être performantes, il leur faut intégrer des talents numériques. Et beaucoup.

Témoignages. L'étudiant digital, c'est moi !

Témoignages. L'étudiant digital, c'est moi !

Conjuguer les talents créatifs et techniques, c’est la spécialité des écoles du numérique. Amandine, Antoine, Guillaume... portraits de trois jeunes passionnés à la conquête du Web.

Ecoles et métiers du numérique : le digital a besoin de vous !

Ecoles et métiers du numérique : le digital a besoin de vous !

Retrouvez ce mardi 16 octobre notre cahier spécial "Métiers : le digital a besoin de vous" disponible en kiosque et sur notre site internet.

Exemple de lettre de motivation pour un Master

Exemple de lettre de motivation pour un Master

Pour postuler à un M1/M2 voici un modèle de lettre de motivation afin de compléter votre dossier d'inscription.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
IPAG Business School
Située dans l'un des plus beaux quartiers de l'une des plus belles villes du...
ENGDE - Ecole supérieure de gestion et expertise comptable
Etablissement d'enseignement supérieur privé spécialisé depuis 1965 dans...
CLCF - Conservatoire Libre du Cinéma Français
La longue histoire du CLCF depuis 1963 n’en fait pas une vieille dame indigne...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements